Les gueules D'avo

Les portraits de nos locaux

D'où viennent-ils ?

100% d'Avoriaz !

Les portraits de nos locaux

Ici, nous allons vous faire découvrir nos locaux bourrés de talent !

Nos locaux ont du talent !

Installés à Avoriaz, ils exercent tous un métier d’extérieur et qui n’existe qu’en montagne. Découvrons ensemble le portrait atypique de ces Morzinois vivant à 1800m d’altitude.

Les taximans d’Avoriaz

Dans une station entièrement piétonne et surtout entièrement enneigée, pas de bus ou de vélo, mais des traîneaux. Avoriaz est connue pour ses légendaires taxis pas comme les autres ! Ici, on circule dans la station en ski, en luge ou en traîneaux. 

À son ouverture, Avoriaz 1800 fait venir des rennes de Laponie, pour tirer les traîneaux qui sont le seul moyen de locomotion. En raison des rues pentues, ils seront remplacés par de solides chevaux jurassiens qui continuent à véhiculer et à promener les vacanciers.

Aujourd’hui, 20 cochers et leurs 100 chevaux assurent le service taxi de jour pour la période hivernale. Rassemblés en association, chaque cocher est un indépendant et possède 5 chevaux afin de pouvoir assurer un roulement toutes les 2h à 3h et préserver le bien-être de son animal

Être cocher à Avoriaz, c’est un métier complet. Ça ne s’apparente pas simplement à conduire un traîneau comme un taxi du matin au soir et il ne suffit pas juste d’être à l’aise avec le contact humain. Dans l’ombre, le métier demande aussi d’apporter beaucoup d’attention et de soins aux chevaux. Même si ces derniers sont issus de races de trait et ont des aptitudes qui leurs permettent de tirer un attelage sans difficulté, ils évoluent toutefois dans un environnement exigeant, accentué par le relief, la neige et des conditions climatiques parfois difficiles (froid, vent, etc…). Découvrez nos chauffeurs pas comme les autres :

André, taximan depuis 1970 à Avoriaz est le plus ancien des cochers ! Taximan pour les stars lors du Festival du film fantastique, André a plus d’une anecdote à vous partager sur la station.
Un vrai guide touristique, il sera la personne idéale pour vous faire découvrir toute l’histoire et le patrimoine architectural de la station. Qu’est-ce qu’un tavaillon ? Quelle a été la première construction d’Avoriaz 1800 ? Pourquoi ces résidences sont-elles rondes ? 

Une chose est sûre, vous serez meilleur que Stéphane Bern dans Secrets d’Histoire ! 😉 La station d’Avoriaz n’aura plus aucun secret pour vous.

Marie, morzinoise pur sang ! Elle a la particularité d’exercer plusieurs métiers et de pratiquer une passion qui ont un point commun : les femmes y sont minoritaires. Marie Baud est agricultrice, cochère, conductrice de poids lourds et amatrice de courses et de trial 4×4. 

Souriante, affable et pleine d’entrain, Marie fait partie des 6 cochères d’Avoriaz. 

Fabien, agriculteur dans un petit village de la vallée, devient taximan pendant la période hivernale. Fabien est le président de l’association des cochers. 

Thierry, cocher des temps modernes. Fils d’un agriculteur passionné de chevaux, Thierry a baigné dans l’univers du cheval depuis son plus jeune âge. Sa passion l’a d’abord conduit à devenir cascadeur et dresseur de chevaux. Puis, à la faveur d’une rencontre, il est parti s’installer à Avoriaz pour s’épanouir autrement, quittant son costume de chevalier pour une vie de cocher.

Thierry a mis au point un système très ingénieux d’assistance électrique adapté à son matériel pour aider ses chevaux lorsque la neige est trop molle. 

Justine Henry, fondatrice de l’atelier Royal Sellerie, artisan sellier-harnacheur bourrelier répare et confectionne collier et autres pièces de cuir essentielles au confort des chevaux d’Avoriaz. Elle vit à Essert-Romand, un petit village de la vallée. Elle travaille le cuir sur-mesure et personnalisable !

Nul doute que cette poignée de passionnés accompagnera l’évolution de la station encore de très longues années…

Restaurant La Ferme

Un jeune couple d’Italiens et de baroudeurs décident de poser bagages dans le village d’alpage des chèvres des Lindarets.

Une cuisine italienne faite maison et avec amour par un couple sympathique. À peine arrivés, ils se rapprochent des producteurs locaux pour revisiter nos spécialités, comme la tarte à la myrtille. Bien fait 100% maison. On vous la conseille, elle vaut le détour !

Retrouvez le cadre rustique et la chaleur du vieux bois qui ont été entièrement conservés, afin de garder cette ambiance et ce bien-être que seuls les vieux chalets de montagne peuvent nous faire ressentir.

Le prince des airs

Valentin Delluc, enfant du pays, brille entre ciel et neige ! Il est l’un des meilleurs mondiaux de sa discipline. Jeune talent amoureux et fidèle d’Avoriaz, il nous partage sa passion à travers des vidéos plus incroyables les unes que les autres.

Valentin pratique le speed riding depuis une dizaine d’années. Entre deux vols et trois tournages, Valentin est moniteur de ski à l’ESF de Montriond.

L’an passé, alors que les remontées mécaniques étaient fermées (pour cause de Covid-19), Valentin a su propulser la station sous les feux des projecteurs. Avoriaz a soutenu son projet hors du commun « Avoriaz with Love ». Un film illustrant des figures particulièrement périlleuses sur les toits et les câbles de télésiège de la station ! 

Dans l’architecture d’Avoriaz, la descente est incroyable. Et il le dit lui-même « aucun trucage pour réaliser cette vidéo ». Mais bel et bien des heures de préparation, d’entrainement, de répétitions et de tournage ! Le résultat tient en quelques minutes mais derrière cette apparente facilité, il y a un travail colossal qui s’ajoute au talent du skieur !

Cette vidéo a été vue des millions de fois aux quatre coins du web (et du monde) 😉

À Avo, ça brasse !

Avoriaz est atypique sur plusieurs plans :

  • sur le plan visuel, sa position à fleur de falaise et son architecture mimétique sortent du lot au premier regard.
  • sur le plan auditif, les clochettes des chevaux tirant les traîneaux peuvent vous immerger en un instant dans l’univers d’Avoriaz.
  • quant à l’odeur et le goût, outre les caractéristiques fromages et déclinaisons de fondues communes à toutes les stations de ski, il existe un parfum qu’on retrouve systématiquement et uniquement à Avoriaz : le cèdre rouge.

Nous avons donc trouvé le partenaire local idéal pour créer l’unique, le souvenir olfactif, la véritable carte postale gustative : une bière au cèdre rouge. Un véritable clin d’oeil à la station où ce bois est omniprésent.

Créée en 2016 par David Branfield, la micro-brasserie Ibex est installée à Morzine. David a su mettre tout son cœur dans la recette de ses bières qui ne laissent personne indifférent. Brasseur sympathique, décontracté, au “lovely british accent”, David propose une gamme de bières qui lui ressemblent bien : douces, légères avec une franche et fraîche générosité aromatique.

Alors, vous avez goûté notre bière au cèdre rouge ?

« Cheers »

Les frères Joly

Le tout premier magasin de ski ouvert sur Avoriaz par nos 2 skieuses Mir & Famose, est aujourd’hui tenu par un enfant du pays, Noé Joly.

Noé, son frère Léo et un ami Maxence Bastard-Rosset, ont écrit le fameux livre : «Entendu sur un télésiège».

C’est en 2013, que les trois haut-savoyards collectent ces drôles de petites phrases prononcées sur les télésièges. D’abord publiées sur Facebook, elles arrivent ensuite en librairies.

Télésiège du Proclou – 15h32 – Avoriaz 1800
Alors que les shapers travaillent sur un snowpark : -« Regarde chéri, ils sont en train de faire des réserves de neige, pour pouvoir en remettre dans les canons à neige quand il n’y en aura plus ! »
Merci Valé #OrBlanc

Village des Enfants – 9h17 – Avoriaz 1800
Un moniteur enfile des dossards aux enfants de son groupe… « Mais monsieur, pourquoi vous nous mettez des gilets jaunes ? »
#ilssontpartout
Merci Caro

Le sculpteur de la Yaute !

Simon LECLERC, un personnage hors du commun à l’esprit créatif et imaginatif. Artisan local, c’est à lui que l’on doit l’univers du Stash et du Lil’stash. À l’aide de sa tronçonneuse, il vient sculpter les arbres morts directement sur place.
Il nous explique son histoire avec Avoriaz : « Cette idée folle a été initiée par Jean Noel Calvet, responsable des snowparks d’Avoriaz. Nous avons voulu rendre hommage à cette belle forêt de Proclou et proposer une interaction ludique entre cet environnement et ses utilisateurs. L’approche était de créer un univers en bois qui inspire l’imagination. Une expérience unique pour découvrir l’environnement forestier.
Pour la phase de conception, j’ai essayé de retrouver mon regard d’enfant pour imaginer un univers où tout est possible. Traverser la forêt de pic en pic puis rendre visite à notre ami Shreddie le yéti, skis aux pieds, dans sa cabane perchée à 10 mètres du sol. On descend des arbres en luge et pourquoi pas faire un tour sur le dos d’une banane géante ? Nous espérons voir les amis de Shreddie se cacher dans les bois. »

Simon n’a pas fini de nous surprendre !

George Treble & Mark Mckellar

Témoins d’un l’hiver pas comme les autres, 2 moniteurs de ski britanniques basés à Avoriaz se lancent au cours d’une saison sans remontées mécaniques, dans un projet de film de ski de randonnée.

Leur but ? Découvrir et partager la beauté naturelle et époustouflante des Alpes du Chablais, la région qui entoure les domaines skiables des Portes du Soleil en France et en Suisse.

Un film retraçant l’ascension aux plus hauts sommets des Portes du Soleil. Sortie du film en automne 2021 et en avant-première au « High Five festival » le 1er week-end d’octobre à Annecy.

Asseyez-vous, les images sont à tomber !

Se faire coacher par un champion de France 

En 2016, Johann Baisamy raccroche son snowboard de compétition, son palmarès autour du cou (Demi-finaliste aux JO de Sochi en Half-Pipe, 2 podiums en coupe du monde), et crée avec Fred Vulliez, son ancien entraîneur, son école 100% snowboard où la passion du snow et du freestyle reste vibrante.

Avoriaz Snowboard School, Burton Store, place centrale, Avoriaz. 07.63.60.97.63 / www.avoriazsnowboardschool.com

Crapahuter les plus hauts sommets du monde !

Après avoir grimpé 43 fois sur le toit de l’Europe, Catherine Vulliez, 53 ans, a atteint l’an dernier celui du monde. En 2019, elle est la seule Française à être parvenue au sommet de l’Everest par la voie tibétaine.

Passionnée par nos montagnes, Catherine travaille depuis des années pour la société des remontées mécaniques d’Avoriaz.  

«Dans les pas d’un sherpa», c’est le titre de cet ouvrage récemment paru aux Editions Du sable et des cailloux. On y découvre les aventures hors du commun de Catherine où rien ne semblait prédestiner à se retrouver un jour au sommet de l’Everest.

Pas en reste, Catherine à de nombreux projets en montagne à concrétiser !